Nous avons participé au Kernel Recipies

le

Bearstech | Dernière mise à jour : 2019-10-03

Nous vous proposons un petit tour d'horizon des présentations auxquelles nous avons assisté lors du Kernel Recipies.

Les 27 et 28 septembre, les ours ont eu le privilège d'assister cette année au Kernel Recipes, une conférence dédiée au kernel linux rassemblant une vingtaine de conférenciers. C'est l'occasion pour les ours de rencontrer leurs camarades linuxiens et d'échanger sur les sujets techniques qui leur tiennent à cœur. Petit tour d'horizon de Vincent Caron :

kernel recipes logo

Christian Brauner : une conférence qui s'adresse aux administrateurs système, de l'art de désigner un processus par son PID sans viser le mauvais, parce que les PIDs se recyclent et sont par définition volatiles. Concrètement ceci permet de remplacer un wait() qui peut "reaper" des sous-processus créés par n'importe quel descendant et dont on ne sait que faire. En bonnus on obtient un fd qu'on peut mettre dans sa boucle d'événements standard. Ceci ne se substitue pas aux PIDs, mais ce n'est pas un concept nouveau (prior art dans FreeBSD).

David Miller : talk non technique d'un monsieur éminement technique - David est le gardien du "network subsystem" de Linux depuis près de 20 ans - et dont le titre résume l'intention, c'était de l'évangélisation. L'idée (qui est revenue en soirée sous l'angle légal/GPL) est d'ouvrir au maximum la possibilité de bidouiller le kernel, et eBPF est le passage à l'échelle de la hackabilité de Linux. Il y a encore des inquiétudes sur le fait qu'eBPF ouvrirait une boîte de Pandore, surtout au niveau sécurité, y compris au sein de la communauté des développeurs du kernel; David Miller, vétéran de cette communauté, estime que les risques sont tout aussi mesurés que l'ancienne approche par design d'appels systèmes, mais le potentiel pour les évolutions et l'utilisation de Linux sont formidables.

Gustavo A. R. Silva : une excellente présentation, très bien illustrée, une persone très pragmatique qui a ajouté de la méthodologie et des outils relativement simples (API moins "casse-gueules", analyses statiques et annotations peu intrusives, invocation accessible de Coccinelle, etc.) pour trouver des bugs et surtout les empêcher en amont. La majorité des bugs trouvés ont quand même de 5 à 8 ans d'âge, les travaux de Gustavo sont plus que bienvenus et sa présentation donne tout de suite un coup de boost à notre culture de la sécurité. Très détaillé sur la partie "sociale" ou comment gérer l'adéquation des développeurs, avec les erreurs, flames...

Jean Delvare : culturellement passionnant, l'histoire des barettes de RAM racontée depuis le début (années 70!), et un point critique fondamental qui peut expliquer vos déboires avec vos inventaires : DMI(le BIOS qui ment) vs. SPD (aller chercher l'info à la source sur l'EEPROM des barettes). La présentation se termine par un belle "fail story "industrielle sur le design du SPD des DDR4 qui arrive à être moins fiable et moins extensible que l'ancien protocole qui a quand même tenu le coup pendant 20 ans, des SDRAM au DDR3.

Jens Axboe : Jens est Monsieur IO côté Linux, et depuis fort longtemps. Le problème est simple : quand les IOs s'approchent des performances du CPU/bus, le coût des appels système et des copies de données user<->kernel dominent (SSD récents, NVMe). Jusqu'ici AIO permettait de faire mieux que read/write/mmap, mais scalait mal avec les CPUs et l'API d'AIO -même via libaio - est affreuse et peu adoptée, de l'aveu même de son auteur. La nouvelle API io_uring est simple, permet du zero-copy, a un mode de polling optionnel et efficace; et déjà des benchmarks très positifs ainsi qu'une très bonne adoption (Ceph, Postgres, RocksDB, etc).

Bradley Kuhn : le président de la Software Freedom Conservancy est un bon showman et évite habilement bien des débats liés à la GPL. Il convainc tout le monde sur le facteur clé de la licence dans l'écosystème de Linux, et rappelle l'historique de la défense légale et fougueuse de Linux face aux violations de sa licence et tous les effets positifs. La soirée s'est terminée sur une vente aux enchères de divers objets (bières brassées maisons, affiches signées par les intervenants, etc.) pour la 'Free Software Conservancy', récoltant en 30 minutes près de 1200€ auprès de geeks prêt à tout pour garder un souvenir mémorable de cette belle conférence.

Service Hébergement et Infogérance drupal

Bearstech vous propose ses services Hébergement et Infogérance drupal

Découvrir ce service

Partager cet article

Flux RSS

flux rss

Partager cet article :