SSD pour tous

le

L'invasion tranquille des SSD continue imperturbablement.

L'invasion tranquille des SSD continue imperturbablement. Seagate, pour retarder l'inévitable propose des disques hybrides: des SSHD où le SSD sert de cache massif, avec on l'espère un usage intelligent des blocs SSD pour éviter de les cramer trop vite. Les disques à l'Helium (moins de frottements qu'avec de l'air) et donc la possibilité de mettre plus de plateaux, plus rapprochés, promettent d'atteindre 7To par disque de 3.5 pouces. Il semble illusoire d'avoir des durées de vie décente sur un disque SSD en l'utilisant comme un disque à plateau. Sur une machine personnelle, c'est gérable, sur un serveur qui martyrise ses disques (comme Mysql semble avoir le secret) c'est simplement un mensonge. FusionIO, fournisseur de SSD haut de gamme, met à disposition une API Opensource OpenNVM de bas niveau, pour construire des applications prenant en compte les spécificités du SSD. Pour rester dans le concret, des moteurs pour Mysql (enfin dans ses variantes, MariaDB et PerconaDB) sont fournis, et même des serveurs de tests pour une semaine. Ils vont jusqu'à proposer un outil de gestion de swap over SSD, qui me laisse un peu dubitatif. C'est gentil de fournir ce code librement, mais il ne semble fonctionner qu'avec leur matériel, qui coute quand même un bras, il faut le reconnaitre. Le code est-il suffisamment neutre pour espérer la gestion de SSD plus abordable (comme la gamme pro de Intel) en ajoutant de simples drivers?

La différence de vitesse entre un SSD et un disque à plateaux est magique, on passe du vélo au scooter kité, mais il n'y a pas de miracle : The old reader l'a appris à ses dépens. Bien qu'ayant choisis la variante fractale de Mongodb de Tokutek, plus en adéquation avec le comportement du SSD, ils ont eu une cascade de panne juste après la migration, qui a fini en catastrophe avec perte de donnée. C'est effectivement allé plus vite qu'avant. L'article ne mentionne malheureusement pas le modèle de SSD utilisé, mais il existe clairement une différence entre les modèles grands publics et les pros.


Partager cet article :